Asie

La mer d’Aral en Ouzbékistan

Créer votre voyage sur-mesure
Meet local people

Changeons de regard : à la rencontre des peuples du monde

Située tout au nord du pays, entre le Kazakhstan et l'Ouzbékistan, la mer d’Aral était autrefois considérée comme le quatrième plus grand lac au monde. Théâtre d’une des plus grandes catastrophes écologiques du 20e siècle, elle fut asséchée à partir des années 1970. Elle est aujourd’hui plébiscitée par les voyageurs pour ses paysages fantomatiques, que l’on croirait tout droit sortis d’un film de science-fiction.

L’histoire de la mer d’Aral

Autrefois source importante de vie et d’économie pour les populations locales, la mer d’Aral était particulièrement prisée pour ses eaux poissonneuses et prospères. De nombreuses villes s’étaient établies le long des côtes et vivaient ainsi de l’industrie de la pêche.

Cependant, au cours des années 1960, les autorités soviétiques lancent un vaste projet d’irrigation destiné à transformer les déserts environnants en champs cultivables pour la produit de coton. Pour arriver à cet “exploit”, le gouvernement détourne alors les eaux des deux principales rivières alimentant la mer d’Aral : l’Amou-Daria et le Syr-Daria. Il ne faudra que quelques années avant que le projet ne prenne une dimension tragique. Le niveau du lac s’assèche rapidement, la salinité augmente et rend les eaux toxiques, causant la mort de la majorité des poissons présents dans la mer d’Aral. En parallèle, les villes florissantes à l’image de Mo’ynaq se retrouvent privées de leurs eaux, si bien que les bateaux ont été abandonnés sur place, transformant les ports en cimetière de navires.

L’effondrement de cet écosystème a également causé l’aggravation du réchauffement climatique de la région. Le lac asséché, ne jouant plus son rôle modérateur, a contribué à des étés plus chauds et à des hivers plus froids. Sans parler des nombreuses espèces animales ne pouvant plus s’alimenter et s’abriter, sur et autour, de la mer d’Aral.

Après des décennies d’une gestion catastrophique, de nombreux efforts ont été concentrés pour tenter de redonner vie à cet immense lac. La construction du barrage Kok-Aral au Kazakhstan, financé par la Banque mondiale, a permis de remonter le niveau du lac en quelques années seulement. Les poissons ont fait leur retour, preuve que la salinité de la mer d’Aral a significativement baissé. Symbole d’espoir, la régénération du lac ouvre la voie à d’autres projets écologiques et souligne l’importance de la coopération internationale face à ces diverses crises.

Que faire à la mer d’Aral ?

Fantomatique, énigmatique, fantastique, la mer d’Aral n’en finit pas d’intriguer les visiteurs. À tel point, qu’aujourd’hui, le lac fait partie des incontournables de la région, malgré son lit asséché. Découvrez les activités à effectuer lors de votre visite à la mer d’Aral.

  • La visite du cimetière de Mo’ynaq : elle fut jadis une ville portuaire florissante. Aujourd’hui, elle est située à des dizaines de kilomètres de la côte et n’est plus composée que de carcasses rouillées, de navires échoués sur le sable. Impressionnant, le paysage est prisé des amateurs de photographie pour son atmosphère irréelle et mélancolique.
  • Le musée écologique de Mo’ynaq : unique en son genre, ce musée retrace l’histoire de la mer d’Aral. Vous pourrez y admirer des objets de vie, des équipements de pêche, des animaux empaillés, ainsi que des peintures remontant aux années 1960, avant le drame. Une visite nécessaire pour une prise de conscience écologique.
  • Une excursion à la mer d’Aral du Nord : depuis la mise en place du barrage Kok-Aral (côté Kazakhstan), le lac connaît un nouvel espoir. Chaque année, la mer d’Aral s’étend un peu plus, se désalinise et voit sa population de poissons augmenter. Profitez-en pour faire un tour de pêche avec les locaux !
  • L’observation de la faune : grâce aux nombreux efforts de régénération de la mer d’Aral, les espèces animales reviennent petit à petit dans cette région du monde. En étant attentif, vous pourrez observer des flamants roses, des aigrettes, et d’autres oiseaux migrateurs venus s’abreuver dans les eaux du lac.
  • Rencontrer les communautés locales : véritables témoins de la transformation de la mer d’Aral, les populations locales partageront avec vous leurs souvenirs, leur histoire et vous feront découvrir leur technique de pêche traditionnelle.

Envoûtante, la mer d’Aral offre un décor totalement différent du reste de l’Ouzbékistan. Elle est également l’occasion de faire une pause, loin du tumulte des grandes villes et amène à des réflexions plus poussées en termes d’écologie.

Conseils pratiques

Région particulièrement reculée, assurez-vous d’emporter avec tout le nécessaire pour votre séjour à la mer d’Aral. Eau, argent, essence, nourriture, pensez à faire le plein avant de partir. Au vu de la complexité de la destination, nous vous conseillons toutefois d’être accompagné d’un guide local.

Bien évidemment, faites attention à ne laisser aucun déchet derrière vous et à minimiser le plus possible votre impact sur cette région, déjà durement touchée par la catastrophe écologique.

Les 3 raisons d'y aller

Témoin d’un des plus grands désastre écologique au monde, la mer d’Aral invite les voyageurs à se recueillir, à réfléchir à leur impact sur l’environnement, mais également à ressentir une ambiance de bout du monde. Voici nos trois bonnes raisons de vous rendre à la mer d’Aral :

  • Pour ses paysages uniques : les vastes étendues de sables jonchées de cadavres de bateaux offrent des panoramas lunaires. Un décor à couper le souffle, à ne louper pour rien au monde.
  • Pour son témoignage de l’impact humain : plus qu’une visite, la mer d’Aral permet de prendre conscience de l’ampleur des dégâts causés par l’homme sur son environnement. Une véritable leçon d’histoire.
  • Pour garder l’espoir : malgré cette catastrophe sans précédent, les efforts communs montrent qu’il est toujours possible d’aller de l’avant et de réparer ses erreurs, comme en témoigne la partie nord de la mer d’Aral.

Le meilleur moment pour y aller

À l’image du reste du pays, la région se visite plutôt durant les intersaisons : au printemps et à l’automne, pour éviter les grosses chaleurs. C’est également une période propice à l'observation des oiseaux migrateurs et autres espèces présentes sur les terres de la mer d’Aral.

Vous aimerez aussi

Shakhrisabz en Ouzbékistan

Khiva en Ouzbékistan

Boukhara en Ouzbékistan

Le lac salé Aydarkul en Ouzbékistan

Nurata en Ouzbékistan

Samarcande en Ouzbékistan

Que voir en Ouzbekistan ?

Ferghana en Ouzbékistan

Le désert Kyzyl Kum en Ouzbékistan

Tachkent en Ouzbékistan

Inspirations voyage

Toutes nos idées de circuits en Ouzbékistan

Grenoble
SERVICE ÉCLAIREUR

Vous avez un projet en tête ?

Discutons-en !

Nous ne pouvons pas dévoiler tous nos secrets sur Internet... Pour commencer, appelez notre agence à Grenoble, nos gentils éclaireurs vous en diront plus.

Pour vous orienter, faites appel à un éclaireur :

04 58 00 53 93 du lundi au vendredi de 9h à 13h et de 14h à 18h

Nos garanties Toujours à vos côtés
  • Une équipe sympa à votre service

    De Grenoble aux 4 coins du monde, notre équipe est à vos côtés pour une immersion sur-mesure inoubliable.

  • Un prix juste et transparent

    C’est notre engagement pour que chacun puisse vivre sa passion.

  • Cocooning service

    On est présent à chaque étape de votre voyage avec une assistance 24h/24 où que vous soyez.

  • Facilité de paiement

    Chez nous, même le paiement est sur-mesure ! Vous avez la possibilité de l’échelonner à votre rythme.