Asie

Rencontre avec le peuple indien

Créer votre voyage sur-mesure
Meet local people

Changeons de regard : à la rencontre des peuples du monde

La nation indienne, constituée de 1,4 milliard de personnes, se compose de grands groupes culturels, comme les Indo-Aryens, les Dravidiens ou les Tibéto-Birmans. Eux-mêmes sont divisés en ethnies, plus ou moins importantes en termes d’habitants. Les plus nombreux sont les Hindis, les Télougous, les Tamouls, les Bengalis, les Marathes ou encore, les Ourdous, entre bien d’autres. Celles-ci se forment, à leur tour, de centaines de tribus. Près de 4 000 dialectes sont ainsi recensés dans l’ensemble du territoire, en plus des 22 langues officielles. Parmi cet ensemble ont survécu quelque 740 peuples autochtones, présents avant les différentes invasions du pays. Chassés de leurs terres au fil du temps, ils se sont réfugiés dans des zones reculées. Ils ont pu protéger leurs croyances, leurs traditions et leurs modes de vie. Pour la plupart, ils sont heureux de vous ouvrir les portes de leurs villages, pour vous plonger dans leur culture si riche ! Nous vous présentons dans ce guide quelques-uns des peuples indiens les plus marquants.

Les groupes ethniques de l’Inde du Nord-Est

Le territoire du nord-est de l’Inde, à la limite du Bhoutan et du Tibet, abrite sept États : Arunachal Pradesh, le plus au nord, Assam, Meghalaya, Nagaland, Manipur, Mizoram et Tripura. À l’intérieur de ces provinces vivent des peuples coupés du reste du pays. Résidant dans des endroits reculés et difficiles d’accès, ils ont pu conserver leurs croyances et leurs traditions.

Les peuples de la province d’Arunachal Pradesh

Dans cette région, la moins habitée d’Inde, nous retrouvons des ethnies des peuples tibéto-birmans.

Les Adi y vivent et représentent près de 15 % de la population de l’État. Ils sont établis entre le Tibet et l’Assam et se répartissent en sous-tribus, comme les Adi Gallong, les Adi Minyong et les Adi Padam. Le Solung Festival est l’une de leurs grandes célébrations, en lien avec le cycle agricole. Des sacrifices d’animaux y sont exécutés, de même que des rituels de protection et des offrandes pour la divinité responsable des bonnes récoltes.

Les Nishi, eux, représentent près de 11 % des occupants de l’Arunachal et vivent aux alentours d’Itanagar. On reconnaît les hommes à leur couvre-chef composé de plumes et d’un bec de calao géant. Dans le temps, ce dernier était un vrai, mais de nos jours, vu que cette espèce est en voie d’extinction, il est réalisé en résine. Il vient ensuite décorer la tête des habitants.

On rencontre également les Apatani, près de Ziro, répartis dans cinq villages : Diibo, Hija, Bulla, Hari et Hong. Les femmes de cette tribu sont reconnaissables à leurs ornements de nez. Leurs narines sont écartées grâce à des disques noirs composés de rotin.

Enfin, les clans Monpa et Sherdukpen vivent aux frontières avec le Bhoutan et le Tibet, et leur culture en est largement influencée. Leur dialecte est proche de celui du Bhoutan, et le bouddhisme tibétain demeure leur religion. On trouve dans leur région le très célèbre monastère de Tawang, érigé telle une forteresse dans les montagnes.

Partez à la rencontre de ces populations lors de notre circuit Les ethnies du Nord-Est !

Les autres communautés du nord-est de l’Inde

Dans l’État du Nagaland vivent les Naga, eux-mêmes divisés en 16 tribus différentes. Leur réputation de « chasseurs de têtes » n’est plus à faire. Ils ont longtemps cru que couper les crânes de leurs ennemis, tout en les plaçant ensuite devant leurs maisons, permettrait de les protéger. Aujourd’hui, la plupart d’entre eux sont chrétiens. Pourtant, les Naga Konyak, aux visages tatoués, font partie de ceux qui ont su garder leurs traditions presque intactes. Les Ao Naga et les Sema sont également des communautés qu’il est possible de rencontrer. Le Hornbill Festival, qui réunit la plupart d’entre elles, est d’ailleurs le moment opportun pour le faire !

La province de l’Assam est peuplée des Shan, des Bodo, et des Kachari, entre autres. L’île de Majuli, le long du Brahmapoutre, abrite des groupes semi-nomades, comme les Mising, les Deoris et les Sonowal Kachari. Au cœur de leurs villages de maison sur pilotis, ces communautés ont préservé leurs traditions et leur artisanat de tissage.

Le Meghalaya accueille la tribu des Khasi. Dans le Manipur demeurent également les Naga, de même que les Kuki et les Mizo. Ces derniers habitent aussi dans le Mizoram. Les Tripura, eux, vivent dans l’État du même nom.

Les tribus d’Odisha

L’État d’Odisha, situé dans le centre Est de l’Inde, au sud du Bengale-Occidental, abrite des peuples aux origines essentiellement dravidiennes. Quelques-unes des populations autochtones les plus vieilles du pays vivraient ici. Parmi eux, on trouve les Khonds, les Gadaba, les Bonda, les Paroja, les Mali, et les Santal.

Les Khonds demeurent la tribu principale de la province, répartie en sous-clans, et au nombre de 12 millions de membres. Anciens chasseurs-cueilleurs, ils résident encore dans les zones forestières de la région. Malgré le passage du temps, les habitants sont restés animistes et ont entretenu leur dialecte dravidien. On reconnaît les femmes aux tatouages géométriques sur leurs corps, à leurs piercings et à leurs multiples boucles d’oreilles. On connaît aussi ces ethnies pour leurs pratiques de sacrifices humains, effectuées jusqu’au XIXe siècle. Dans les sous-groupes, on retrouve les Kutia Kondh, les Dongria Kondh et les Desia Kondh.

Partez à leur rencontre au cœur des villages ou des marchés dans notre parcours Les tribus d’Odisha !

Les Bonda comptent parmi les peuples autochtones les plus anciens de l’Inde. On les reconnaît à leurs larges tuniques et bandeaux de tête créés en tissus et en perles de couleurs vives. Les femmes portent de grandes boucles, accrochées au sommet de leurs oreilles, ainsi que plusieurs colliers épais en métal.

Les peuples autochtones du Gujarat et du Rajasthan

Dans les régions semi-désertiques du Gujarat et du Rajasthan résident des peuples de bergers, qui vivent au rythme de leurs troupeaux de dromadaires et de chèvres.

Parmi eux, on retrouve les Raikas, que l’on reconnaît au turban rouge épais qui leur protège la tête, et à la tenue blanche que les hommes arborent.

Les Bishnoïs, eux, sont une ethnie pacifiste et de confession jaïne. Ils sont parfois considérés comme les premiers écologistes. En effet, leur religion leur interdit de couper les arbres. Elle les oblige à prendre soin de la nature qui les entoure, de même que des animaux, tels que les oiseaux. Ils sont animistes et artisans.

Dans la région du Kutch, les Kachi Rabari, les Khatri, les Meghwal et les Mutwa, d’anciennes tribus nomades, subsistent aujourd’hui grâce à leur artisanat. Les femmes tissent leurs corsages, qu’elles portent en complément de nombreux bijoux.

Enfin, les Bhil peuplent aussi ces territoires et une partie de l’Inde du Nord. Ils en sont l’une des plus grandes communautés autochtones. Immenses guerriers, ils furent mis à contribution à plusieurs reprises pour lutter contre les invasions mogholes dans le pays. Leurs croyances et leurs rituels sont, encore aujourd’hui, guidés par la magie et la sorcellerie.

Les ethnies des îles Andaman-et-Nicobar

L’archipel Andaman-et-Nicobar accueille 5 tribus autochtones.

La plus grande est celle des Nicobarais, qui résident dans l’ensemble des îles habitées de l’archipel. Leurs clans produisent des fruits, et vivent de façon égalitaire, dirigés par une femme à la tête du groupe.

Peu d’entre elles furent conduites à être au contact du reste du monde, et leur immunité n’était pas habituée aux maladies de la civilisation plus moderne. Celles-ci représentaient donc une véritable menace pour ces peuples préservés. Les Grands Andamanais, par exemple, furent en partie décimés par les maux ramenés par les Britanniques lors de leur colonisation. Il subsiste une cinquantaine de ses membres, qu’il est presque impossible de rencontrer.

Leurs terres ont souvent été réquisitionnées au fil du temps. C’est le cas des Jarawas, qui ne sont de nos jours plus que 300 habitants. Les Jangils, eux, se sont éteints complètement en 1930. Les Onge, anciennement nomades, ont dû devenir sédentaires. Ils résidèrent dans des camps pour tenter de résister après que les forêts qui leur permettaient de vivre furent dévastées.

Une autre tribu, les Sentinelles, refuse n’importe quelle interaction avec toute civilisation différente de la leur ! Ils habitent sur l’île Nord Sentinel et leur culture regorge de secrets puisque les seules personnes qui ont pu s’en approcher furent tuées ensuite. Enfin, les Shompen, eux aussi, survivent de manière recluse, sans beaucoup de contact avec le reste du monde.

Vous aimerez aussi

Les safaris en Inde

Treks et randonnées en Inde

Ayurveda, yoga et méditation en Inde

Festival Holi

Balade dans les marchés locaux en Inde

Inde du Sud

Découverte de la faune indienne

Voyage spirituel en Inde

Inspirations voyage

Toutes nos idées de circuits en Inde

Grenoble
SERVICE ÉCLAIREUR

Vous avez un projet en tête ?

Discutons-en !

Nous ne pouvons pas dévoiler tous nos secrets sur Internet... Pour commencer, appelez notre agence à Grenoble, nos gentils éclaireurs vous en diront plus.

Pour vous orienter, faites appel à un éclaireur :

04 58 00 53 93 du lundi au vendredi de 9h à 13h et de 14h à 18h

Nos garanties Toujours à vos côtés
  • Une équipe sympa à votre service

    De Grenoble aux 4 coins du monde, notre équipe est à vos côtés pour une immersion sur-mesure inoubliable.

  • Un prix juste et transparent

    C’est notre engagement pour que chacun puisse vivre sa passion.

  • Cocooning service

    On est présent à chaque étape de votre voyage avec une assistance 24h/24 où que vous soyez.

  • Facilité de paiement

    Chez nous, même le paiement est sur-mesure ! Vous avez la possibilité de l’échelonner à votre rythme.