Amérique du Sud

La population en Équateur

Créer votre voyage sur-mesure
Meet local people

Changeons de regard : à la rencontre des peuples du monde

Unsplash - Nick Cruz

La population de l’Équateur représente près de 17 millions d’habitants. Au cours de l’histoire de l’Équateur et par ses nombreux événements, la nation équatorienne s’est développée en plusieurs ethnies. Parmi elles se trouvent les métis, qui composent 65 % de la société et qui sont les descendants des autochtones et Européens. On retrouve ensuite les indigènes, comme les Quechuas, héritiers des peuples locaux avant la conquête du pays par les Espagnols. Puis viennent les Créoles, enfants des Européens, et les Afro-Équatoriens, lignées d’anciens esclaves. Plongez dans ce passé et dans cet héritage passionnants.

L’histoire de l’Équateur

Le début de l’histoire de l’Équateur est nommé période préhispanique, c’est-à-dire avant l’invasion espagnole. Le territoire est alors peuplé par des civilisations de chasseurs et cueilleurs. Les premiers groupes ethniques voient le jour, de même que les premiers royaumes, dès 3 000 av. J.-C.

Un tournant est marqué avec l’arrivée des Incas, venus du Pérou et de la Bolivie, qui souhaitent étendre leur domination aux terres andines et côtières d’Équateur. Leur envahissement commence aux alentours de 1455, dans la région de Quito. Ils exterminent les peuples établis et prennent le pouvoir à partir de 1475.

Quelques années plus tard, les Espagnols débutent leur invasion de l’Amérique du Sud. Les conquistadors entrent sur le sol d’Équateur en 1531. Par la traîtrise, les conquérants tuent l’empereur inca en 1533 et partent en direction de Quito, pour en prendre possession. Peu de temps après, Guayaquil est également fondée, à un carrefour stratégique. Ces années marquent la période hispanique, qui durera jusque dans les années 1820. En 1820, Guayaquil devient autonome. Ce qui lance la guerre d’indépendance de la ville de Quito, qu’elle obtiendra elle-même en 1822, entre autres grâce à Simón Bolívar, « El Libertador ». Dans la foulée, l’Équateur s’allie à la Colombie et au Venezuela pour construire la Grande-Colombie. Mais les tensions qui existent entre les pays pousseront bientôt l’Équateur vers la sortie.

En 1830, la nation équatorienne est officiellement indépendante et écrit sa première Constitution. Juan José Florès en est le premier président. De nombreux conflits la fragilisent depuis lors, entre révolutions, crises, grèves et tentatives de coups d'État. L’un des affrontements majeurs demeure la guerre de 1941, entre l’Équateur et le Pérou. L’Équateur perd près de la moitié de sa surface, principalement amazonienne, au profit du Pérou. En 1978, l’adoption de la 18e Constitution de l’État met fin à une période compliquée de gouvernements dictatoriaux.

Retracez l’histoire du pays dans notre circuit Origines et civilisations de l’Équateur.

Les langues en Équateur

La langue officielle de l’Équateur, maternelle pour près de 80 % de la population, est le castillan, ou plus communément appelée l’espagnol.

Cependant, nombre d’autres langages et dialectes sont parlés, puisque l’Équateur abrite plusieurs ethnies, dont celle des autochtones qui, elle-même, comporte plusieurs tribus. Treize nationalités indigènes furent légalement reconnues par la République de l’Équateur en 1998. Aussi, le propre idiome de chacune de ces nations locales est considéré comme langue de communication interculturelle. C’est le cas, notamment, du quechua, de sa variante kichwa, et du shuar.

La culture de l’Équateur

Avec autant d'ethnies et d’origines différentes, l’Équateur profite d’une culture riche et diversifiée, qui lui apporte un charme authentique certain.

De son passé colonial, l’Équateur hérite d’une architecture grandiose, ainsi que d’un goût prononcé pour l’art, la peinture et la littérature. Le patrimoine indigène, lui, est marqué de nombreuses coutumes encore bien présentes, comme la médecine traditionnelle.

La musique compose un aspect essentiel de la culture équatorienne. Avec autant d’origines qu’il n’y a de peuples en Équateur, de multiples variétés ont vu le jour. Parmi elles, les sons des Andes se jouent au rythme du rondador, flûte de pan élue instrument national. Le pasillo, lui, représente la musique populaire par excellence.

L’artisanat équatorien s’inscrit dans une diversité remarquable. Les tisserands confectionnent de superbes vêtements, poncho, sacs, hamacs et tapis en laine de mouton, de lama et d’alpaga. La maroquinerie, la céramique et l’orfèvrerie restent aussi courantes dans l’artisanat local. Sans oublier la fabrication du célèbre chapeau de paille du nom de Panamá, connu dans le monde entier.

La gastronomie, quant à elle, repose sur des produits régionaux variés et délicieux. Parmi eux, on rencontre le poisson et les crevettes, éléments principaux du fameux ceviche. On retrouve également la banane et autres fruits exotiques, comme l’ananas, le citron vert, la mangue, la noix de coco et la papaye. En base de nombreux plats typiques, le manioc, le maïs, les pommes de terre et le quinoa sont réputés.

Enfin, explorez la variété des fêtes célébrées toute l’année à la gloire de l’identité, de la culture et de l’héritage de l’Équateur.

Les religions en Équateur

Depuis l’invasion espagnole du XVIe siècle, le catholicisme demeure la religion pratiquée en majorité par les Équatoriens. À l’époque de la conquête de l’Amérique du Sud, les missionnaires espagnols ont dû tout de même affronter de nombreuses réserves face à leur culte. Ils ont ainsi créé une sorte de fusion entre le christianisme et les croyances locales et ancestrales, qui subsiste toujours aujourd’hui.

La Cosmovision andine, ou « Illa Teqsi », est, elle, côtoyée par les peuples autochtones et indigènes. C’est une vision du monde, qui reprend une philosophie, des mythes, des rituels et cérémonies étroitement liés à la Terre-mère, la « Pachamama ». L’un des concepts hérité de la Cosmovision andine est le buen vivir, le bien vivre. Selon ce principe, atteindre le bien-être personnel est possible seulement si l’on respecte et préserve son milieu naturel et que l’on s'épanouit en harmonie avec la nature. On peut aussi l’acquérir en participant au bonheur collectif et en acceptant la diversité. Le buen vivir apparaît si important dans le pays qu’il a été inscrit dans la Constitution de 2008, de même que les droits de la Pachamama.

Vous aimerez aussi

Souvenirs à ramener d’Équateur

Transports et déplacements en Équateur

L’Équateur en bref

Géographie et paysages de l’Équateur

Les fêtes et festivals de l’Équateur

La politique en Equateur

Le tourisme en Équateur

Inspirations voyage

Toutes nos idées de circuits en Equateur

Grenoble
SERVICE ÉCLAIREUR

Vous avez un projet en tête ?

Discutons-en !

Nous ne pouvons pas dévoiler tous nos secrets sur Internet... Pour commencer, appelez notre agence à Grenoble, nos gentils éclaireurs vous en diront plus.

Pour vous orienter, faites appel à un éclaireur :

04 58 00 53 93 du lundi au vendredi de 9h à 13h et de 14h à 18h

Nos garanties Toujours à vos côtés
  • Une équipe sympa à votre service

    De Grenoble aux 4 coins du monde, notre équipe est à vos côtés pour une immersion sur-mesure inoubliable.

  • Un prix juste et transparent

    C’est notre engagement pour que chacun puisse vivre sa passion.

  • Cocooning service

    On est présent à chaque étape de votre voyage avec une assistance 24h/24 où que vous soyez.

  • Facilité de paiement

    Chez nous, même le paiement est sur-mesure ! Vous avez la possibilité de l’échelonner à votre rythme.