Devis express Service client : 04 58 00 53 93
Ouverture sur le monde

Regard sur le monde

Grimper le Kilimandjaro : nos conseils

Kilimandjaro sommet

C'est un défi pour beaucoup de voyageurs passionnés de trek. L'ascension du Kilimandjaro, à 5895 mètres d'altitude, permet d'atteindre le toit de l'Afrique. Votre arme principale ? Votre détermination. Mais attention, car comme pour tous les treks difficiles, mieux vaut bien se préparer en amont pour multiplier ses chances de réussite ! Voici quelques conseils partagés par notre agence de voyage en Tanzanie pour les voyageurs qui souhaitent se frotter à l'ascension du Kili…


Conseil n°1 : Choisissez le meilleur moment

Partout vous lirez que l'ascension du Kilimandjaro peut se faire à n'importe quel moment et, dans l'absolu, c'est vrai ! Toutefois, si vous avez la possibilité de choisir vos dates de voyage, mieux vaut choisir la saison la plus favorable à l'ascension du Kilimandjaro, à savoir entre janvier et février ou entre Juin et octobre. Il s'agit en effet des mois les plus chauds et les plus secs de l'année. Vous limiterez ainsi les risques de pluie au cours de votre aventure, et les températures tout là-haut sont moins fraîches que le reste de l'année.

Attention toutefois à bien garder en tête que, comme il s'agit des mois les plus agréables en termes de climat, ils correspondent aussi à la période la plus fréquentée. Pensez donc à bien réserver votre ascension à l'avance !

Conseil n°2 : Entraînez-vous avant votre voyage

L'ascension du Kilimandjaro n'est pas une promenade de santé. Il faut en effet être en bonne condition physique et avoir de l'entraînement pour parvenir à atteindre les 5895 mètres d'altitude du toit de l'Afrique. Pour multiplier vos chances, entraînez-vous plusieurs mois avant le grand départ à marcher sur de longues distances. Dans l'idéal, il faudrait que vos pieds soient habitués à marcher six heures par jour à un rythme lent mais régulier.

Pour vous préparer physiquement, le mieux reste d'établir un programme d'entraînement six mois avant le départ. Le premier mois, commencez par marcher deux heures à un rythme soutenu. Puis, au fil des mois, ralentissez la cadence et rallongez vos randonnées, jusqu'à atteindre six heures de marche à la suite.

Plus vous vous entraînerez, et moins vous rencontrerez de douleurs / difficultés au moment de grimper sur les flancs du Kilimandjaro.

Conseil n°3 : Partez en trek

Vous avez une semaine de vacances un ou deux mois avant de partir en Tanzanie ? Testez les résultats de vos entraînements en condition réelle en partant en trek près de chez vous ! Il existe en effet une différence importante entre faire une randonnée de six heures un dimanche et marcher six heures par jour pendant quatre ou cinq jours.

Pour vous mettre en condition, choisissez un massif montagneux et lancez-vous. Cela vous permettra de tester votre endurance en montée, ainsi que votre résistance face aux changements de climat et de températures au fil de l'ascension.

Partir en trek avant de grimper le Kilimandjaro est aussi une excellente façon d'ajuster ses choix en matière d'équipement. Peut-être vous rendrez-vous compte que vos chaussures ne sont pas adaptées, ou que votre sac est trop lourd, ou que vous n'avez pas emmené assez de vêtements de pluie… Bref, ce trek d'entraînement sera idéal pour peaufiner votre organisation !

Conseil n°4 : Choisissez votre itinéraire avec attention

Il existe plusieurs sentiers de marche permettant d'atteindre le sommet du Kilimandjaro en plus ou moins de temps. Si vous avez un niveau débutant, préférez un itinéraire long, qui vous laissera le temps de vous acclimater à l'altitude. Car c'est en effet les problèmes liés à cette dernière qui provoquent la plupart des abandons.

La voie Marangu pour les nuits en refuge

Si l'idée de dormir en tente vous déplaît, alors penchez-vous sur la voie Marangu, un itinéraire de cinq ou six jours qui repasse par le même chemin au retour. C'est l'itinéraire le plus accessible, mais aussi le plus fréquenté.

La voie Machame pour les vues spectaculaires

Elle aussi très appréciée des randonneurs, la voie Machame se parcourt en six à sept jours. Elle permet de multiplier les points de vue et a l'avantage de ne pas passer par le même chemin au retour. Les nuits se font en tente dans des campements.

La voie Rongai pour observer la faune

Légèrement moins fréquentée, la voie Rongai permet de découvrir le flanc nord de la montagne à l'allée, et la voie Marangu au retour. C'est la voie offrant le plus de diversité en matière de paysages et d'animaux.

La voie Lemosho pour quitter les sentiers battus

Si vous n'avez pas envie de faire comme tout le monde, la voie Lemosho peut vous intéresser. Elle se parcourt en sept à huit jours de marche et traverse de superbes paysages sauvages à base de vallées et de forêts épaisses.

La voie Umbwe pour les trekkers aguerris

Réservée aux marcheurs chevronnés, la voie Umbwe est la plus difficile de toutes. Le sentier est à la fois ardu et raide, avec de nombreux passages techniques. Si vous avez déjà un certain niveau et que l'escalade en montagne ne vous fait pas peur, Umbwe est votre voie de prédilection !

La voie Shira pour commencer à 3500 mètres d'altitude

C'est une voie relativement peu fréquentée puisque sa première partie se parcourt en 4x4, si bien que les randonneurs commencent leur marche à plus de 3500 mètres d'altitude, rendant l'acclimatation particulièrement difficile.

Généralement, pour une première ascension, le choix se fait entre la voie Machame, la voie Marangu et la voie Rongai.

Conseil n°5 : Equipez-vous !

Comme pour tout exploit sportif, l'équipement joue un rôle fondamental. Après la réservation de votre ascension du Kilimandjaro, notre agence de voyage s'occupera de vous envoyer une liste détaillée des équipements à apporter dans votre sac.

Pour multiplier vos chances d'atteindre le sommet, privilégiez les équipements de qualité. L'accent doit notamment être mis sur les chaussures, qui doivent impérativement maintenir votre cheville et être imperméables. Des vêtements chauds seront aussi essentiels, la neige n'étant pas rare sur les hauteurs du Kili. Pour vous assurer de n'avoir ni trop chaud, ni trop froid, organisez votre garde-robe en couches, en évitant les vêtements en matière synthétique. Sur le Kilimandjaro, les écarts de température entre le jour et la nuit peuvent atteindre 40°C. Alors autant vous dire que vous habiller avec différentes couches sera une question de survie !

Conseil n°6 : Préparez-vous mentalement

Lorsque l'on s'apprête à réaliser un exploit sportif, la préparation mentale est aussi importante que la préparation physique. Pour rappel, une journée type d'ascension du Kilimandjaro ressemble à ça :

  • 6h30 : réveil, petite toilette, thé.
  • 8h : départ pour 5 à 6 heures de marche.
  • 13h-14h : arrivée au camp. Repas, repos.
  • 18h : Dîner
  • 20h : Nuit

Il faut donc vous habituer, avant le départ, à avoir un rythme proche de celui du soleil, mais également à ne pas prendre de douche et à adopter une alimentation saine et équilibrée.

Le taux de réussite moyen de l'ascension est proche de 50 %. Mais n'oubliez pas, l'important est d'essayer, pas de réussir à tout prix !

Conseil n°7 : Acclimatez-vous à l'altitude

Au départ de leur ascension du Kilimandjaro, nombreux sont les voyageurs pleins d'énergie à commencer leur aventure sur des chapeaux de roues, à un rythme soutenu. Pourtant, gardez bien en tête qu'il ne s'agit en aucun cas d'une course, et que plus vous prendrez votre temps et plus vous augmenterez vos chances de réussite.

Et ce n'est pas tout, car évoluer lentement est aussi la meilleure façon de s'acclimater à l'altitude. Il ne faudra pas hésiter à ajouter un ou deux jours à votre itinéraire, ou à accepter de marcher moins vite.

Plus vous grimpez en altitude, plus l'oxygène se fait rare. À 4500 mètres d'altitude, il y a en moyenne 35 % d'oxygène en moins dans l'air par rapport au niveau de la mer. Face à cette raréfaction de l'oxygène, le corps travaille plus dur pour fournir les mêmes efforts. À vous de l'accepter et, surtout, de vous écouter et d'écouter les conseils de votre guide.

L'acclimatation affecte tout le monde différemment. Il est donc essentiel d'être très rigoureux avec ses propres besoins : boire lorsque l'on a soif, s'arrêter lorsque l'on est fatigué, et accepter que certains membres du groupe puissent mieux réagir à l'altitude que d'autres.

De manière générale, plus vous boirez, mieux vous mangerez et plus vous dormirez, et mieux vous vous sentirez.

Conseil n°8 : Écoutez votre guide

L'ascension du Kilimandjaro est interdite sans être accompagné d'un guide. Et vous vous rendrez rapidement compte qu'un bon guide est en effet essentiel pour la réussite de l'ascension, et surtout pour la sécurité de chacun.

Même si c'est de vous, de votre physique et de votre mental que votre réussite dépend, les personnes qui vous entourent, et notamment le guide et les porteurs, sont des atouts non seulement précieux, mais aussi indispensables.

En général, l'ascension du Kilimandjaro en petit groupe se fait en compagnie d'un chef guide, d'un guide assistant, d'un cuisinier et de deux porteurs par personne.

L'objectif de chacun de ces accompagnateurs ? Vous permettre de réussir votre ascension en vous soutenant dès que possible, en vous divertissant et en assurant votre sécurité. Cette dernière passe d'ailleurs par la réalisation d'un contrôle médical individuel deux fois par jour, voire plus si nécessaire.

Les accompagnateurs jouent donc un rôle primordial. C'est pourquoi notre agence en Tanzanie sélectionne ses guides, ses cuisiniers et ses porteurs avec la plus grande attention et la plus grande rigueur, afin que leur compagnie vous permette non seulement de faire l'ascension du Kilimandjaro en toute sécurité, mais aussi de partir à l'aventure dans une ambiance agréable et conviviale.

Conseil n°9 : Profitez de votre temps libre

L'arrivée au campement se fait chaque jour en début d'après-midi, voire un peu plus tard en fonction de votre rythme. Cela permet de profiter de plusieurs heures de temps libre par jour.

Nous conseillons en général aux voyageurs de profiter de ce temps libre pour se reposer, mais pas uniquement. Vous pouvez aussi emmener dans vos bagages de quoi vous divertir : un carnet de dessin ou d'écriture, un petit jeu de cartes, un appareil photo…

Prenez ainsi du temps pour vous, pour reprendre contact avec vos émotions, et partagez également des moments inoubliables avec les autres voyageurs et avec les accompagnateurs.

Les campements sont souvent installés dans des zones somptueuses, offrant des panoramas à couper le souffle. Les amateurs de photographie y trouveront donc largement de quoi assouvir leur passion. Sans oublier qu'à la tombée de la nuit, c'est un ciel incroyablement pur qui s'invite au-dessus de vos têtes. L'endroit parfait, donc, pour photographier la voie lactée !

Conseil n°10 : Accédez au sommet du Kilimandjaro

L'avant-dernier jour de l'ascension du Kilimandjaro, vous arrivez au camp de base dans l'après-midi et prenez directement votre dîner. Nous vous conseillons de vous coucher le plus tôt possible, vers 18h si possible, histoire d'être en forme pour ce qui vous attend quelques heures plus tard…

À 23h, réveillez-vous, prenez un en-cas et buvez un thé puis habillez-vous en prenant soin de multiplier les couches de vêtements. Équipés d'une lampe frontale, commencez votre toute dernière ascension jusqu'au sommet, en pleine nuit. Cette dernière étape est fondamentale et mérite toute votre attention. Restez concentré sur chacun de vos pas afin d'éviter de trébucher dans le noir. Au total, ce sont sept heures d'ascension de nuit qui vous attendent.

À 6h environ, vous atteignez enfin le plus haut sommet d'Afrique, alors que les premiers rayons du soleil caressent les plaines en contrebas. Il fait froid, mais le spectacle est si grandiose que vous oubliez l'inconfort. Vous restez là-haut pendant une heure, à simplement admirer le spectacle du lever du soleil depuis le toit de l'Afrique. Vous avez réussi !

Par Mélodie V.