Devis express Service client : 04 58 00 53 93

Przewalski - Cheval Mongol


Le cheval de Przewalski est un canasson des plus atypiques qui est originaire de Mongolie. Atypique, car il n'est pas vraiment considéré comme un cheval d'un point de vue scientifique. Robuste et têtue, ce n'est pas un cheval facile à dompter (il ne l'a jamais été pendant des siècles), aussi c'est surtout dans les zoos qu'on peut l'observer, mais pas en Mongolie bien sûr, car le cheval de Przewalski vit là-bas en toute liberté.
Aussi représentatif que peut l'être un zèbre pour l'Afrique, le Przewalski incarne quant à lui le côté sauvage de la Mongolie.

Trek à cheval en Mongolie

Le Przewalski est l'une des dernières races de chevaux sauvages au monde, mais aussi emblématique que soit ce canasson, n'espérez pas en monter un en Mongolie, car le Przewalski est indomptable. Ce qui veut dire clairement que vous pourrez les approcher à dos de cheval mongol, mais ne pourrez pas les monter. Ce qui n'enlève rien au charme d'un trek à cheval, car les canassons sur lesquels vous ferez vos balades ne sont pas moins atypiques que les Przewalski.


En effet, le cheval mongol est une sorte de poney très robuste et gentil dont tout cavalier qui se respecte saura reconnaitre les qualités hors-normes. Et ce n'est nul autre que le cheval mongol qui vous mènera au plus près des Przewalski sauvages.


À dos de cheval pour contempler un autre cheval (le Przewalski), voilà qui peut paraitre anodins, mais n'oublions pas que le Przewalski était considéré comme une espèce éteinte il n'y a pas si longtemps. Le voir à l'état naturel aujourd'hui est donc un privilège, notamment parce que l'espèce est très ancienne et rappelle les dessins que l'on retrouve dans des grottes préhistoriques. Bref, le Przewalski, c'est l'animal sauvage qu'il faut à tout prix rencontrer lorsqu'on voyage en Mongolie.

Le Przewalski, une espèce rare à découvrir au naturel

Le Przewalski fut chassé pour sa viande pendant des décennies, à un tel point que l'espèce a presque disparu dans les années 1950. En 1960, l'espèce était d'ailleurs considérée comme complètement éteinte, mais c'est sans compter sur un autre facteur qui a certes participé à l'extinction de l'espèce, mais qui a aussi permis sa réintroduction dans la nature : les captures pour les zoos européens.


En effet, alors que l'espèce était déjà au bord de l'extinction à cause de la chasse, et ce, avant même que l'existence du Przewalski soit révélée au monde entier en 1879, dès lors qu'il fut découvert par la communauté scientifique, les zoos du monde entier, et d'Europe notamment, se le sont arraché, en raison de sa ressemblance en tous points aux dessins que l'on retrouve dans les vestiges préhistoriques à travers le monde.


Il faut dire que sur le plan génétique tout comme sur celui de l'apparence, le Przewalski n'est pas très proche de ses congénères.


Ainsi, alors que les captures pour les zoos contribuèrent à l'extinction présumée définitive de l'espèce entre 1879 et 1960, ce sont les Przewalski nées en captivité qui ont permis un repeuplement à l'état sauvage. On en retrouve donc de nos jours à l'état sauvage, quasi exclusivement en Mongolie, aux abords du désert de Gobi, et sur d'autres sites incontournables de la Mongolie.

Demander un devis

La Mongolie ou le paradis des cavaliers

Si l'on entend beaucoup parler de l'incontournable rencontre avec le fameux cheval de Przewalski, ce n'est pas ce qui fait de la Mongolie un paradis pour les cavaliers. C'est l'immensité des espaces naturels qui appellent les touristes à s'engouffrer au plus profond de la Mongolie, allié à l'impossibilité d'accéder aux plus beaux endroits qui sont souvent inaccessibles en voiture et trop loin pour les randonneurs, qui fait de la Mongolie un paradis pour les cavaliers.


En effet, l'inaccessibilité de certains sites d'intérêt fait que le cheval est la meilleure alternative pour s'immerger dans la nature mongole, cheveux au vent, et pour aller à la découverte des sites exceptionnels. Ainsi, le sentiment d'être privilégié est très fort lorsqu'on se rend sur certains sites à cheval, car c'est le seul moyen d'y parvenir "facilement".


Raison pour laquelle tout cavalier qui se respecte rêve un jour de se rendre en Mongolie pour parcourir les immenses et lointaines contrées du pays, pour se sentir comme un vrai explorateur, ou comme un cowboy version Mongol.


Mais nul besoin d'être un cavalier hors pair pour parcourir le pays, car comme nous l'avons vu plus haut, le cheval Mongol dont les caractéristiques sont très proches de celles des poneys (ils sont classifiés dans la catégorie poney d'ailleurs), sont des montures très dociles et faciles à chevaucher, même pour les débutants.


Le plaisir est donc encore plus intense pour les débutants, qui en plus d'apprendre à faire du cheval, découvrent ce que veulent dire les termes immersion et aventure.

Des rencontres avant tout

Des rencontres avec le Przewalski et ses allures d'animal préhistorique bien sûr, mais surtout et avant tout avec une population chaleureuse.


Les Mongols sont majoritairement nomades, certains sont des chasseurs redoutables, d'autres sont devenus plus sédentaires et font de l'élevage, mais dans la plupart des cas, les Mongols vivent loin, très loin de la civilisation. Rien à voir avec les populations que l'on trouve dans des villes comme Oulan-Bator.


L'âme de la Mongolie se ressent d'ailleurs à travers des treks de plusieurs jours avec des escales chez l'habitant Mongol qui ce dernier accueille chaleureusement le touriste dans ses yourtes, et fait volontiers participer le voyageur curieux à ses activités. Ainsi, la rencontre culturelle est totale en Mongolie.


Les familles qui accueillent les voyageurs sont certes sélectionnées à l'avance par les tours opérateurs, mais on ne ressent jamais l'aspect commercial, justement parce que le Mongol est avant tout humain, et qu'il accepte de recevoir des voyageurs par envie de découvrir l'autre tout autant que le voyageur a envie d'en savoir plus sur le peuple mongol.


Une famille sélectionnée plutôt qu'une autre l'est bien souvent seulement parce qu'elle dispose d'une yourte de trop, mais surtout parce qu'elle est spécialisée dans une activité (l'élevage par exemple). Ainsi, d'une famille à l'autre, entre nature et culture, le dépaysement est total. Mais surtout, on apprend réellement comment vivent les Mongols. L'immersion est absolue.


Même sans organiser son séjour en Mongolie, on est certain d'en prendre plein les yeux et d'en revenir le cœur plein d'émotion, mais un voyage sur mesure, c'est le comble du bonheur.

Demander un devis