Devis express Service client : 04 58 00 53 93

Lac Inle | Birmanie


Incontournable lors d’un séjour en Birmanie, le lac Inle couvre 12 000 hectares sur lesquels se répartissent des habitations sur pilotis et même des champs de légumes flottants. Quant aux rives, elles abritent des temples, des habitations traditionnelles, mais aussi d’importantes structures hôtelières pour accueillir les touristes qui viennent en nombre pour découvrir le lac Inle. Mais cela n’enlève en rien au charme de l’endroit, car ce n’est pas tant la beauté du lac et de ses environs qui attirent les visiteurs, mais plutôt toute la vie qui se déroule sur le lac Inle.
 

Le lac Inle dans tous ses états

Source de vie pour les pécheurs, mais aussi pour les agriculteurs qui ont appris à cultiver des légumes sur l’eau, le lac Inle est comme une ville sur l’eau. On y trouve des habitations, des édifices religieux, des champs, des petits commerces, etc. Le tout, sur pilotis ou à fleur de rives.
Les habitants du lac circulent sur de drôles de petites embarcations en pagayant avec leur pied, ils pêchent de manière traditionnelle, ils vivent comme ils l’ont toujours fait, comme si le temps n’avait pas d’influence sur le lac.


Tout autour du lac Inle par contre, la modernité et l’économie touristique ont créé des paysages qui contrastent avec l’authenticité de l’environnement du lac. C’est d’ailleurs aux hôtels que les pêcheurs et agriculteurs livrent désormais la plupart de leurs marchandises, non mécontents de pouvoir tirer parti de la manne financière du tourisme.


Mais hormis le contraste parfois un peu troublant que crée l’image de grands bâtiments plantés au milieu de paysages vierges, la qualité des infrastructures a le mérite d’être un argument qui permet l’essor du tourisme. Une économie dont la région ne peut désormais plus se passer. Dans cette relation gagnant-gagnant, le touriste n’y perd pas au change, car l’authenticité des lieux est bien au rendez-vous.

Voyage au Lac Inle

Comme vous l’aurez deviné, un séjour au Lac Inle ne peut s’envisager sans quelques parcours sur l’eau, à la découverte de l’authentique tourbillon de vie qui s’y déroule. Entre l’observation des pêcheurs, la visite de champs flottants, la découverte de villages flottants et le panorama, il y a de quoi faire, et de quoi être dépaysé.


Les alentours et la terre ferme ne sont pas en reste, notamment sur le plan culturel, car nombre de temples parsèment les rives du lac Inle.


Les trekkeurs trouveront également leur bonheur à travers des circuits pédestres menant à travers forêts et champs, à quelques pas seulement des principaux lieux d’hébergement touristique.

Demander un devis


En choisissant bien la période de votre voyage au lac Inle, vous pourrez apprécier en bonus quelques courses de pirogues, et des fêtes traditionnelles qui vous plongeront dans la vie et les mœurs des habitants.


Pour ces petits plaisirs, c’est en septembre et octobre qu’il faut se rendre au lac Inle, car c’est à cette période que se déroule la fête de la pagode Hpaung Daw U, un temple bouddhiste lacustre.
Cette fête ne dure pas moins de trois semaines durant lesquelles une barque parcourt le lac et ses villages, avec à son bord des statuts qui passent leurs nuits dans les temples de chaque village, avant de repartir en direction de la ville de Nyaung Shwe. C’est là que les statues sont accueillies par des hordes de fidèles qui ont suivi cette procession.


Mais si votre emploi du temps ne vous permet pas de programmer des vacances durant les mois de septembre et/ou octobre, il n’y a pas non plus de quoi être déçu, car le seul panorama qu’offre le lac suffit à dépayser les plus exigeants voyageurs.

Quand partir au lac Inle

En raison de crues importantes qui sont liées à la saison des pluies, il est préférable d’éviter la saison humide. D’autant plus que les alentours ne se prêtent plus vraiment aux ballades exotiques en cette période.


Globalement, la meilleure période pour visiter la région s’étend du mois d’aout au mois de mars, avec quelques pluies tout de même durant les mois d’aout, septembre et octobre. Ces périodes correspondent en effet à la fête de la pagode Hpaung Daw U, aussi pour profiter de cette festivité, il faudra accepter quelques gouttes d’eau de temps en temps.


Le mois qu’il faut vraiment éviter est celui de mai durant lequel la mousson bat son plein. Les mois d’avril, juin et juillet sont assez humides, mais cela n’empêche rien.